Séance du 9 février 2024. – Béatrice Touchelay (Université de Lille-IRHiS), « Les chiffres statistiques et comptables dans les archives : richesse et dispersion »

Spécialiste des institutions et des archives de la statistique à l’époque contemporaine, Béatrice Touchelay, professeure à l’université de Lille (Institut de Recherches Historiques du Septentrion) traite de la question des archives statistiques et de l’importance du chiffre à partir de l’exemple colonial qu’elle a développé dans l’ANR-21-CE41-0012 « Compter en situation coloniale et post-coloniale. Afrique francophone » et à travers un International Research network (CNRS-INSHS) sur un thème similaire.

Elle commence par rappeler que l’emprise du chiffre est générale dans les archives et plus largement dans la matière historiographique depuis le siècle dernier, quel que soit le domaine étudié, au-delà de la seule histoire économique et sociale. Elle est aussi celle qui empreint le gouvernement des hommes, de leurs entreprises et de leurs sociétés, en fonction d’indicateurs qui se substituent à une argumentation plus rhétorique et qui déshumanisent quelque peu l’action administrative. La production de statistiques met en jeu trois acteurs : les commanditaires (pour qui ces opérations représentent un coût en temps et en argent), les producteurs (qui réalisent ces statistiques) et les usagers. Cette tripartition, un peu idéale, laisse de côté deux groupes pourtant fondamentaux dans la réalisation des statistiques, les enquêtés eux-mêmes et les intermédiaires de toute nature, dont l’importance est encore plus fondamentale en situation coloniale.

Cette dernière introduit, à la différence d’une situation européenne plus continue depuis l’époque moderne de l’arithmétique politique, une rupture avec les modes de comptage en vigueur dans les sociétés locales avant l’arrivée des colonisateurs. La taxation et le dénombrement sont des composantes de l’ordre colonial. Les opérations statistiques, qui suivent en général la mise en place d’une administration coloniale, reflètent les tensions qui sont à l’œuvre entre des sociétés colonisées, qui peuvent manifester à cette occasion une forme de résistance à bas-bruit, et une domination coloniale qui s’exprime dès la conception même de l’enquête. Les enjeux de classification, de hiérarchie, de catégorisation constituent une forme de violence que le chiffre rend encore plus in-humaine.

Les archives statistiques des zones colonisées sont produites hors de la métropole et n’ont pas systématiquement été rapatriées après les indépendances ; dans le cas de la France, chaque gouvernement a fait l’objet d’un traitement spécifique. Chaque gouverneur a eu « sa » politique statistique. Toutefois, il existe aux Archives nationales d’outre-mer un fonds spécial rattaché au ministère des Colonies, puis de la France d’Outre-Mer, le Service statistique des Territoires d’outre-mer (STAT) qui vient d’être inventorié (226 dossiers, 18 ml). Créé en 1943 par l’État français, le service visait à une coordination méthodologique dans l’ensemble des colonies françaises et une articulation avec les organismes nationaux et internationaux équivalents ; il a été supprimé en 1958.

L’examen des archives permet d’aller bien au-delà des statistiques diffusées par les canaux administratifs, professionnels ou associatifs. Elles livrent en effet les traces de l’organisation et du de cadrage de l’enquête (programme, formation des enquêteurs, bases de sondage, documentation…), les données recueillies par les enquêteurs sur le terrain (fiches, questionnaires…), mais aussi la préparation des résultats (dépouillement, versions préparatoires des rapports…). Elles apportent des éléments de première main, parfaitement inédits, sur le lien entre cartographie microlocale à l’échelle d’un village) et dénombrement des populations qui avait été si important dans les enquêtes démographiques du XVIIIe siècle et qui le demeurent aujourd’hui puisque pour recenser, il faut savoir où les gens habitent.

La comparaison avec d’autres expériences coloniales, spécialement belge (les archives de la colonisation viennent de faire l’objet d’une vaste entreprise de classement et de mise à disposition), permet de faire la part entre l’universalisme de la démarche statistique et les traits nationaux inhérents aux traditions administratives héritées de l’histoire. Dans les divers cas explorés, les difficultés réelles pour obtenir des chiffres fiables sont égrenées au long des circulaires et surtout des correspondances échangées avec les administrateurs locaux confrontés aux problèmes d’éloignement ou de réticence marquée des populations. Les données remontées du terrain frisent parfois l’aberration ou restituent une image pour le moins contrastée, voire très négative des effets de la colonisation dans les domaines où celle-ci prétendait au contraire améliorer la situation des populations colonisées (mortalité infantile etc.). Le dilemme dans lequel les enquêteurs de terrain sont plongés apparaît crûment lorsqu’ils sont interrogés sur les effets délétères d’un enrôlement massif des populations masculines dans le travail forcé. Dès lors la quête du chiffre devient un instrument du contrôle interne de l’administration par ses supérieurs.

En définitive, la politique statistique révèle une faillite plutôt qu’une réussite de l’administration coloniale, quels que soient les efforts des agents concernés. La conception des situations à mettre en chiffres se fait exclusivement à partir de l’univers mental des colons et pour leurs besoins propres, avec des catégorisations inadaptées aux situations locales. L’héritage des sociétés antérieures est ensuite gaspillé par le colonisateur qui ne cherche pas à s’appuyer sur les modes de comptages indigènes, dans un contexte où pourtant les moyens humains et financiers manquent cruellement. Dès lors les statistiques coloniales servent plus à rendre compte à la métropole, à légitimer la domination coloniale, à assurer l’exploitation des ressources et à attirer des colons qu’à gérer les territoires. Elles dessinent une réalité très partielle et donnent d’abord l’illusion d’une domination éclairée.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Poncet (15 février 2024). Séance du 9 février 2024. – Béatrice Touchelay (Université de Lille-IRHiS), « Les chiffres statistiques et comptables dans les archives : richesse et dispersion ». Administration et archives, XVIe-XXIe siècle. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vu7b


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.