Séance du 3 mai 2024. – Claire Lemercier (CNRS-Sciences Po Paris), « Les renouvellements de l’histoire sociale quantitative. Un nouveau regard sur les archives administratives contemporaines »

Spécialiste d’histoire sociale et d’études quantitatives, Claire Lemercier, directrice de recherche au CNRS (CSO-Sciences Po), introduit son propos en soulignant que l’on est passé d’une histoire sociale qui utilise les statistiques et les nombres existants (par exemple dans les archives) à une histoire du passé qui produit des nombres via des bases de données alimentées par des données textuelles.

Selon elle, deux traditions de quantification et de recours à l’ordinateur en histoire se font désormais face : d’une part, l’histoire quantitative héritée de la tradition des Annales, influencée par les autres sciences sociales (sociologie, économie, démographie), qui utilise massivement les données chiffrées manipulées au moyen de tableurs, qui travaille par échantillons représentatifs et trace courbes et tableaux afin d’établir des causalités ; d’autre part, les humanités numériques, influencées par les lettres, la philosophie et la linguistique, plus proches des institutions patrimoniales et de leurs méthodes (catalogage, inventaire), plus fragmentées en termes techniques, et qui ont fortement investi dans les méthodes de visualisation, de cartographie, de lexicométrie et d’analyse de réseaux. Ces deux mondes s’ignorent et l’objectif de C. Lemercier, ainsi que de Claire Zalc avec laquelle elle a écrit un manuel qui fait référence, est de faire circuler ces deux méthodes de manière pragmatique.

Par ailleurs, l’histoire quantitative évolue, toute confiance naïve dans les statistiques du passé ayant été abandonnée, comme elle l’illustre à travers les exemples de la Statistique de l’industrie à Paris en 1848 publiée par la chambre de commerce de Paris en 1851 et de la recherche qu’elle mène actuellement sur l’histoire de l’apprentissage à partir des réponses préfectorales aux enquêtes gouvernementales. Afin de résoudre les problèmes posés par ces chiffres du passé, qualifiés de données agrégées (i.e. fabriqués par d’autres et dont on peine à retrouver la démarche et les éléments constitutifs), elle promeut la recréation de micro-données, dans une démarche influencée par la microstoria italienne, afin de suivre des individus dans le temps et dans l’espace. Cette méthodologie est adoptée par les chercheurs en histoire sociale, en exploitant actes d’état civil¸ dénombrements de population, dossiers de carrière, dossiers soumis par des pétitionnaires (études de l’administration au guichet), archives judiciaires, etc. Tout ce qui est présent dans la source, y compris les changements de couleur des crayons, est exploité et saisi par le chercheur lui-même dans une démarche régressive qui se veut attentive aux différents acteurs, l’individu-requérant comme l’agent-scripteur.

Cette démarche se heurte néanmoins à la conservation de certaines typologies d’archives – comme les registres de délivrance des livrets ouvriers, pour la recherche que mène actuellement C. Lemercier – et repose la question de l’échantillonnage pratiqué par les archivistes. Cette dernière injonction, n’est pas uniquement commandée par des raisons logistiques mais obéit aussi à des logiques probatoires (ce qui ouvre droit et donc les demandes couronnées de succès) ou hiérarchiques (les « meilleurs » éléments) qu’il importe de retrouver, spécialement quand celles-ci ne sont pas explicites, afin de ne pas être le jouet d’une réalité historique construite en parallèle de la fabrication des archives. La nécessité de l’échantillonnage est vécue tout aussi douloureusement par les chercheurs qui ne peuvent analyser intégralement les données à leur disposition ; à cet égard, le taux mais aussi la taille de l’échantillon sont essentiels ; un ensemble de 300 cas se révèle parfaitement opératoire pour la plupart des démonstrations utiles par exemple pour la réalisation d’une thèse. Le dialogue entre chercheurs et archivistes s’avère nécessaire pour que les uns et les autres adoptent les stratégies les moins nocives pour leurs ambitions respectives, prouver et démontrer. Ainsi, les échantillons que C. Lemercier a pu réaliser avant la publication par le Service interministériel des Archives de France du cadre méthodologique en 2014 sont-ils probablement source d’interrogation, faute d’avoir été sélectionnés de manière suffisamment aléatoire et d’avoir pris en compte, par exemple, le classement d’origine ou le nombre de dossiers initialement produits.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Poncet (29 mai 2024). Séance du 3 mai 2024. – Claire Lemercier (CNRS-Sciences Po Paris), « Les renouvellements de l’histoire sociale quantitative. Un nouveau regard sur les archives administratives contemporaines ». Administration et archives, XVIe-XXIe siècle. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qmw


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.