Séance du 17 mai 2024. – Table-ronde : Gouverner les archives par le nombre ? Avec Emmanuelle Bermès (École nationale des chartes-Centre Jean-Mabillon), Olivier Martin (Université de Paris-CRLS) et Guillaume Nahon (Ministère de la culture, Inspection des patrimoines).

Emmanuelle Bermès, maîtresse de conférences à l’École nationale des chartes, est responsable pédagogique du master « Technologies numériques appliquées à l’histoire », membre du Centre Jean-Mabillon (EA 3624). Elle est l’autrice d’une thèse de doctorat, soutenue à l’École des chartes en 2020, sur « Le numérique en bibliothèque : naissance d’un patrimoine » et de plusieurs livres sur les technologies numériques des bibliothèques.

Olivier Martin, professeur de sociologie à l’université de Paris et directeur du Centre de recherche sur les liens sociaux (UMR 8070), a récemment publié Chiffre (Anamosa, 2023). Il est également l’auteur de nombreux travaux sur la sociologie de la mesure, des sciences et des pratiques numériques, dont L’empire des chiffres. Une sociologie de la quantification (Armand Colin, 2020).

Guillaume Nahon, conservateur général du patrimoine et inspecteur des patrimoines du ministère de la Culture, a dirigé plusieurs services d’archives départementales (Territoire-de-Belfort, Seine-Saint-Denis et Paris). Il est en particulier chargé de l’évaluation des services publics d’archives et de missions d’étude transversales couvrant les différents champs des patrimoines.

Les organisateurs du séminaire ont organisé la table-ronde autour des trois thèmes suivants qui ont été proposés à la réflexion des intervenants invités à réagir.

1. La formation des responsables du patrimoine écrit et le nombre

Lors de l’une des séances du séminaire de cette année, deux archivistes sont venus témoigner de leur rapport aux chiffres dans le quotidien de leurs fonctions, à la fois classiques (collecte et classement de documents sur support papier) et nouvelles ou nouvellement classiques (archivage numérique). Il en était ressorti que la question de leur formation aux données chiffrées, en soi, n’en était pas une et qu’il n’y avait pas de manque à déplorer dans leurs études. Cette méthode Coué n’est-elle que la conséquence d’une adaptation nolens volens de cadres de la conservation pour l’essentiel formé à travers des recherches historiques ou bien les humanités demeurent-elles le bon positionnement disciplinaire pour appréhender le patrimoine écrit comprenant des nombres, qu’il soit passé, présent et futur ?

Si l’on se livre à un exercice de formation-fiction, un regard ouvert sur toute la diversité des archives serait-il de nature à réduire la fracture qui existe parfois dans nos formations, y compris à l’École des chartes, entre les humanités numériques (attachées à fouiller des corpus textuels) et les sciences sociales statistiques (soucieuses de construire des séries à partir de données brutes, non nécessairement textuelles) ? En quoi des pré-requis mathématiques, même minimaux comme ceux qui ont été un temps enseignés à l’École des chartes dans des cours de statistiques, seraient-ils de nature à modifier les comportements et discours vis-à-vis des institutions productrices aussi bien qu’à l’égard des lecteurs ?

Enfin, dans un futur proche (voire très proche), il y a tout lieu de croire que les effets de l’intelligence artificielle seront importants dans le domaine du patrimoine écrit, de son exploitation comme de sa mise à disposition. Peut-on inventorier les principales conséquences de l’emploi de ces technologies en matière de fabrication des archives, au sens le plus intégré possible, de la production originelle jusqu’au classement, à la description et la communication ? Est-il souhaitable de renforcer l’apprentissage des nombres dans nos parcours de formation pour permettre aux futurs archivistes de développer des projets et d’évaluer les conséquences de la diffusion de ces technologies sur les différents aspects de l’archivage (collecte mais aussi médiation) ? La matière numérique peut-elle infuser davantage dans un monde professionnel préoccupé de collecter, de décrire, de mettre à disposition et in fine de conserver ?

2. Quels indicateurs chiffrés pour les archives ?

Les archives sont-elles réductibles au chiffre ? Dans sa quête parfois éperdue d’une réalité dénombrée, la Nouvelle Gestion Publique s’efforce de disposer pour chaque branche de l’administration publique de données chiffrées fondées sur des indicateurs choisis pour leur pertinence supposée. Dans quelle mesure les services d’archives sont-ils concernés par cette gouvernance numérique ? Depuis le XIXe siècle et sous des formes parfois ténues ou sommaires, l’administration dispose d’éléments statistiques sur l’activité des archives publiques, spécialement nationales et départementales, qui portent en général sur les masses, collectées, inventoriées, éliminées. Jamais peut-être la collecte de données chiffrées n’a été aussi importante qu’aujourd’hui. Peut-on dire que ces éléments statistiques ont servi à orienter la politique de contrôle scientifique et technique exercée par les instances centrales (Direction des Archives de France, Service interministériel des Archives de France) ?

Il serait assez logique (et probablement souhaitable) que cette évaluation quantitative des administrations dédiées aux archives fasse l’objet d’inflexions et de renouvellement au fil du temps, particulièrement dans le domaine des indicateurs retenus. Est-ce que les choix et les innovations intervenus à cette occasion sont révélateurs d’une approche différente des services rendus à la collectivité ou procèdent-ils d’autres injonctions et visées ? À cet égard, ces indicateurs sont-ils la conséquence d’enquêtes préalablement menées auprès du public qui fréquente les archives, relèvent-ils d’une réflexion interne aux services d’archives ou sont-ils plus largement la conséquence de l’application de dispositifs pensés pour l’ensemble de l’administration (Loi organique relative aux lois de finances, par exemple, comme le soulignait un article de Rosine Lheureux en 2005) ?

La matière ainsi collectée constitue un ensemble de connaissances disponibles sous forme de rapports annuels d’activité. Au-delà du commentaire qui en est fourni par les commanditaire lui-même dans les rapports en questions, parfois très en deçà de la masse de données collectée, ces dernières font-elles l’objet d’études extérieures, soit à l’initiative des administrations concernées (inspection ?) soit spontanément par des chercheurs en sciences sociales et politiques ? À cet égard, le faible nombre de réutilisations identifiées des données publiées en données publiques interroge. Autrement dit, les chiffres construits sont-ils employés à d’autres fins que celles pour lesquelles ils ont été élaborés ? La capacité du nombre a être comparé et soupesé induit-il enfin une meilleure insertion internationale de l’expérience archivistique française et cette possibilité est-elle prise en compte par les instances de coopération internationale (Conseil international des archives) ?

3. Le nombre est-il la mesure de toute chose archivistique ?

Pendant longtemps, les historiens et les chercheurs en sciences sociales ont puisé dans les archives pour y chercher des éléments statistiques qui y existaient et qui avaient été élaborés, depuis la fin de l’époque moderne, par la puissance publique sur les objets les plus divers (démographie, activité judiciaire, vie économique, marché du travail, etc.). Puis le temps est venu de la construction du fait social durckheimien où la réalité chiffrée procédait d’une analyse de documents variés dont les enseignements quantitatifs étaient choisis et fabriqués par le chercheur lui-même. Cette autonomisation de la pensée critique a-t-elle fait des archives un nec plus ultra de la démarche scientifique des sciences sociales, moins promptes a priori que la discipline historienne, à fréquenter les salles de lecture des services d’archives ?

Les effets de cette fréquentation n’ont pas été qu’à sens unique. Si les chercheurs ont manifesté leurs exigences quantitatives aussi bien que qualitatives, les archivistes y ont répondu et les ont parfois devancées en élargissant le spectre de leurs collectes (archives économiques, privées, etc.) et en élaborant, souvent avec eux, les modalités de sélection des documents à conserver. Après plusieurs décennies de mutuelle apprivoisement, le dialogue se poursuit-il dans de bonnes conditions ? Quelles seraient les attentes les plus nettes des chercheurs en sciences sociales à l’égard des documents et données chiffrés conservés et disponibles ?

À l’heure de la production massive d’archives nativement numériques, les possibilités offertes par cette documentation d’un genre particulier autorisent sans doute à penser à nouveaux frais les méthodes de perception par le chiffre d’une société et d’une action publique. La tentation d’une automatisation de la lecture et de l’analyse des ressources archivistiques, par les ressources (qui semblent sans limites) de l’Intelligence Artificielle pèse-t-elle sur les stratégies et les programmes de la recherche scientifique ? À terme, pouvons-nous assister à un changement plus profond des rapports entre les archives, le chiffre et l’analyse scientifique ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Poncet (29 mai 2024). Séance du 17 mai 2024. – Table-ronde : Gouverner les archives par le nombre ? Avec Emmanuelle Bermès (École nationale des chartes-Centre Jean-Mabillon), Olivier Martin (Université de Paris-CRLS) et Guillaume Nahon (Ministère de la culture, Inspection des patrimoines). Administration et archives, XVIe-XXIe siècle. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qmx


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.