Séance du 14 janvier 2022 – Matthieu De Oliveira (Université de Lille) et Marie Laperdrix (BNP-Paribas-Centre Jean-Mabillon), Reddition des comptes et entreprises, XIXe-XXIe siècle.

Matthieu De Oliveira, maître de conférences en histoire contemporaine HDR à l’université de Lille, et Marie Laperdrix, responsable Archives et Histoire de la banque BNP-Paribas, abordent le sujet retenu sous des angles thématiques, préférant privilégier pour chacun d’entre eux les effets de longue durée plus propres à saisir les permanences et à souligner les effets de rupture, technologiques, juridiques ou sociaux à l’œuvre dans un domaine à la fois mouvant et protéiforme comme celui de l’entreprise.

M. De Oliveira s’intéresse spécifiquement à l’acte d’écriture qui constitue en soi une forme de reddition des comptes à soi-même dans un mouvement de mise en ordre du réel et de vérification. Aussi les notions d’organisation et de structuration, d’opérations de mise en chiffres et en colonnes sont-elles primordiales pour aborder les comptes d’entreprises dans leur diversité, du petit négoce à la grande entreprise à visées internationales. Les nécessités sont, en l’espèce, d’ordre économique, financier et fiscal. L’autodidaxie règne en maître dans un domaine où l’apprentissage n’est en réalité réservé qu’au plus haut niveau des entreprises qui peuvent recruter des experts formés à cet art particulier de la tenue des comptes. Il n’empêche que progressivement s’installe une formalisation des savoirs comptables qu’un rapide inventaire des formes permet de mesurer. Les documents primaires que constituent commandes, reçus ou factures sont un premier élément de contrôle, par leur archivage même, qu’il soit temporaire ou définitif, et font ensuite l’objet d’un enregistrement à travers divers filtres, brouillard, journal, grand livre. Le bilan, partagé entre actif et passif, synthétise pour certaines occasions (contrôle fiscal, assemblée générale, augmentation de capital, etc.) l’état des lieux comptable de l’entreprise.

Cette formalisation s’est accompagnée d’une production éditoriale de manuels et de traités de comptabilité. Un rapide relevé fait état de 44 titres publiés entre 1800 et 1870, avec des pointes notables dans les années 1830-1840 ; 41 titres sont édités de 1871 à 1939, avec une concentration dans les années 1870-1880. La terminologie glisse progressivement de « tenue de livres » à « comptabilité », un vocable qui emporte bientôt tout dans un monde où la normalisation des comptes des entreprises progresse à grand pas dans une verticalité inédite. Si le modèle de la partie double a séduit rapidement l’Europe des grandes entreprises entre Moyen Âge et début de l’âge moderne par une contamination progressive et un mimétisme agile, les plans comptables par secteur d’activité se développent dès la fin du XIXe siècle et sont encouragés par l’État qui oblige en 1939 les entreprises concourant aux marchés publics à se doter de présentations agréées. Cette mise aux normes généralisée est facilitée par la formation, sous l’égide de la puissance publique, d’acteurs spécialisés dans le domaine et diplômés (diplôme de comptable en 1881, certificat en 1900, brevet d’expert-comptable en 1905 etc.). Aujourd’hui, tenir ses comptes est aussi un outil indispensable pour lever des fonds et communiquer avec l’opinion publique, spécialisée ou non.

Marie Laperdrix revient sur ces derniers points et élargit le regard vers l’aval de la reddition des comptes en prenant appui sur l’exemple singulier de l’histoire de la banque BNP-Paribas et de ses banques-ancêtres depuis le XIXe siècle. Dans un domaine, l’activité bancaire, où les questions du contrôle interne, de l’inspection et désormais de la notion anglo-saxonne de compliance (conformité) sont essentielles à la bonne marche de l’entreprise, l’histoire longue de ce cas spécifique permet d’approcher les inflexions et les rythmes de la reddition des comptes qui ne se résume pas à une affaire de chiffres. L’examen des archives de l’inspection, particulièrement pour les années 1930, montre ainsi à quel point les procédures sont aussi essentielles, voire davantage, que les notations de calculs aux yeux des contrôleurs internes de la banque. Lorsqu’une opération d’inspection décèle un problème, volontaire ou non, ce sont les procédures qui sont révisées et donc les modalités d’écriture (reports, présentations, etc.). C’est probablement dans le domaine international – la banque possède de multiples filiales, en dehors même des rachats d’autres banques étrangères – que ces questions de contrôles sont les plus liées à la réputation de l’entreprise dès lors que les problèmes soulevés sont portés à la connaissance du public par le biais des médias.

La tenue des comptes est aussi très largement une affaire de « bureaux ». La matérialité des archives de la banque – principalement conservées aujourd’hui au dépôt de Dinan (Ille-et-Vilaine) – reflète, du grand livre de 10 kg à la fiche perforée mécanographique, des efforts constants pour rationaliser et accélérer les procédures de tenue de compte et, partant, de leur contrôle. La mécanisation est ici fondamentale, avec ses machines souvent conçues ad hoc pour l’activité bancaire et avec ses ouvrières – la féminisation de l’échelon inférieur de cette activité est une constante dès la fin du XIXe siècle. Au-delà, et dans une période plus récente, la reddition des comptes est devenue un outil de communication entrepreneuriale. Il ne suffit plus de savoir que l’on tient bien ses comptes, encore faut-il le faire savoir. La fonction de compliance relaie un discours déontologique qui imprègne aussi la stratégie bancaire, dans le cadre d’une réglementation internationale croissante, favorisée par le passage à l’euro et la mise en place d’un marché boursier européen. Contrôle de gestion et comptabilité figurent désormais au cœur du développement de l’entreprise qui en attend rentabilité et croissance dans un univers où les data analysts et leurs algorithmes subliment la reddition des comptes.



Citer ce billet
Edouard Vasseur (2022, 1 février). Séance du 14 janvier 2022 – Matthieu De Oliveira (Université de Lille) et Marie Laperdrix (BNP-Paribas-Centre Jean-Mabillon), Reddition des comptes et entreprises, XIXe-XXIe siècle. Administration et archives, XVIe-XXIe siècle. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ber5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.