Séance du 1er décembre 2023. – Claire Martin (Service des archives économiques et financières) et Matias Ferrera (Archives nationales – Centre Jean-Mabillon), “Le point de vue de l’archiviste”.

Claire Martin (conservateur en chef et cheffe du SAEF) revient dans son intervention sur les spécificités du ministère des Finances où le nombre domine, et sur la façon dont l’archiviste peut se comporter dans une telle administration.

L’omniprésence des nombres n’a rien de nouveau au ministère des Finances, et ce dès l’Ancien Régime et le contrôle général des finances comme le montre la sélection de documents présentés (évaluation de l’income tax britannique en 1894, relevé des opérations de caisse du Trésor de 1917, bulletin du Comptoir national d’escompte de Paris, notice explicative de l’impôt sur le revenu, formulaire de déclaration des revenus de 1988). La continuité administrative domine largement, même si l’informatisation a amené la généralisation d’un discours sur la donnée et si l’administration fiscale, aujourd’hui, se focalise sur celle-ci en recourant à l’intelligence artificielle.

Face à ce tsunami de nombres, l’archiviste peut se sentir dépassé et peut avoir l’impression d’un labyrinthe dans lequel il s’efforce de trouver son chemin. La méthodologie professionnelle des archivistes reste néanmoins une boussole utile et ne nécessitant pas nécessairement d’être un expert en mathématiques, entre évaluation par grandes fonctions, dialogue constant avec les services producteurs qui restent les meilleurs connaisseurs de celles-ci, curiosité intellectuelle, capacité à évaluer les lacunes dans les fonds collectés et conservés, prise en compte des besoins des publics. Sans négliger le fait que les archives des Finances, au-delà des nombres, permettent également d’écrire une histoire qui n’a rien de financière, qu’il s’agisse par exemple de l’histoire des grands travaux présidentiels ou celle du vignoble français.

Matias Ferrera (conservateur aux Archives nationales), de son côté, insiste dès le début de son intervention sur le fait que, dans l’univers du numérique, le chiffre est omniprésent en tant qu’atome du fichier numérique, et que ce qui est restitué à l’écran, notamment sous forme de lettres, n’est qu’un faux-semblant. Dans la machine, il n’y a en effet plus que des chiffres, et ce sont ces chiffres que l’archiviste doit conserver. Le moindre chiffre qui disparaît, et c’est tout le sens d’un enregistrement qui peut être modifié, d’où l’importance de la question de l’intégrité des fichiers numériques. L’archiviste, formé au déchiffrage des lettres, peut se trouver pris de vertige devant cette nécessité de gérer cette masse infinie aussi bien qu’infinitésimale de chiffres, sans perdre de vue l’approche macroscopique de l’évaluation archivistique.

C’est par les « nombres au carré » (la statistique qui est une mise en nombres de la réalité) qu’a commencé l’histoire de l’archivage des documents numériques en France. Dans le courant des années 1980, l’équipe Constance de la Cité interministérielle des archives de Fontainebleau a élaboré la méthodologie de collecte et de traitement des archives numériques qui a pu inspirer le standard OAIS (Open Archival Information System), distinguant l’objet de données à préserver (le train binaire) des informations de représentation (les données sur les données, contexte, structure, encodage) qu’il faut à tout prix préserver.

C’est toujours cette même méthodologie qui irrigue la politique de traitement des Archives nationales aujourd’hui, afin de préserver un patrimoine numérique de l’État désormais constitué de stocks énormes de données qui dépassent largement les seules données statistiques. Pour l’illustrer, M. Ferrera prend l’exemple du cadastre, désormais numérique et où la quantification et les nombres sont encore plus profus qu’auparavant, y compris dans son expression cartographique.

L’enjeu désormais est celui de l’accès à ces masses de chiffres collectés et conservés par les Archives nationales.

Pour conclure, M. Ferrera rappelle que si l’archiviste doit rester lui-même et qu’il n’y a pas à proprement parler d’archiviste du numérique, la science archivistique et la formation technique des archivistes doivent prendre en compte cette omniprésence du nombre.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Edouard Vasseur (9 janvier 2024). Séance du 1er décembre 2023. – Claire Martin (Service des archives économiques et financières) et Matias Ferrera (Archives nationales – Centre Jean-Mabillon), “Le point de vue de l’archiviste”. Administration et archives, XVIe-XXIe siècle. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vk6b


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.