Séance du 16 décembre 2022 – Nadine Gastaldi (Archives nationales), « Archivage et trans-figuration de la carte : cartes et archives vues des Archives nationales de 1790 à nos jours ».

Responsable de la mission Cartes et plans aux Archives nationales, Nadine Gastaldi, conservatrice générale du patrimoine, propose un panorama de l’histoire des représentations cartographiques dans les fonds des Archives nationales depuis la Révolution, tant du point de vue de la collecte que du classement et de la description dont ces documents ont été l’objet au cours de deux siècles d’une histoire qui est aussi politique, administrative et culturelle.

Ouvrant son propos sur le rappel de la nature de la carte, objet scientifique et objectif, à base mathématique à partir des XVe-XVIe siècle, N. Gastaldi souligne la qualité de fiabilité (au sens premier du terme) attendue de la carte, dont les différents états (esquisses, minutes, originaux, copies manuscrites et imprimées) sont souvent mieux en pris en compte par les chercheurs que la diversité avérée des supports, les conditionnements et les mentions de provenance ou de possession. Ces derniers constituent en effet de véritables gisements d’indices pour comprendre des filiations, des rapprochements, des transmissions et des usages qui sont essentiels pour saisir la finalité d’une carte autant que son histoire dont l’archivage n’est après tout qu’une étape.

Il est indispensable de penser la carte au-delà de la société qui la voit naître, de ses techniques, de ses traditions, de sa culture mentale et de manière plus générale des acteurs qui concourent à la fabrication de la carte, de sa commande à sa diffusion en passant par sa conception et sa réalisation matérielle. La cartographie scientifique qui se développe avec l’époque moderne ne se contente pas de perfectionner les instruments et références dont les cartographes usent pour accroître leur exactitude, elle est aussi le moment d’un intense partage de la matière cartographique, par le biais de l’imprimerie, mais aussi par le poids particulièrement prégnant de la puissance publique qui devient un commanditaire majeur de l’activité cartographique. Il en résulte une uniformisation, sensible dès le XVIIIe siècle et qui prend un tour normatif à l’échelle internationale avec le siècle suivant.

La carte constitue un objet polysémique à caractère de preuve (impératif de conservation), d’un outil de travail soumis à réutilisation (instrument de gestion) et d’un bien spécialement secret (nécessités politiques). Pour toutes ces raisons, elle a très tôt constitué un objet de préoccupation pour les archives instituées. La départementalisation de la France en 1790 a joint l’acte politique à la réalisation cartographique, plaçant délibérément les nouvelles Archives nationales dans la situation de conservatoire de la nouvelle définition spatiale du pays. Pour autant, elles ne détenaient aucunement le monopole d’un archivage cartographique de la puissance étatique puisque de multiples dépôts coexistaient alors (dépôt des Fortifications, dépôt de la Guerre, bureau des Longitudes, Service hydrographique de la Marine). Des besoins militaires (bureaux topographiques) à la nouvelle donne fiscale (cadastre) en passant par les réalisations de prestige (carte d’Égypte), la donnée cartographique emplit la vie publique du nouveau régime.

La manière dont les Archives nationales ont accompagné ce moment spécial signe d’abord un utilitarisme politique (conservation des documents établissant la nouvelle constitution du royaume), puis se mue assez vite (1793-1794) en un souci plus large qui préserve les cartes au nom de l’instruction et des arts. La création d’un Bureau topographique aux Archives nationales de 1795 à 1823 maintient cette double vocation, active et passive : producteur de cartes autant que conservateur de celles-ci, le Bureau voit bientôt la seconde activité l’emporter nettement et bientôt exclusivement sur la première. L’enjeu, l’obsession pourrait-on dire, des personnes chargées du traitement des cartes et des plans fut d’une part l’inscription de ces documents dans l’organisation fonctionnelle des Archives nationales et, corrélativement, leur traitement intellectuel (cotation) et matérielle. Les aléas des 150 premières années de la présence des cartes et plans aux Archives nationales ont vu leur rattachement successif à une section domaniale (1823-1897), puis historique et domaniale (1897-1911) et enfin ancienne (à partir de 1911) : ils dessinent un glissement d’un statut classique de preuve, ancré dans l’espace, à celui d’une source de l’histoire. La création en 1954, d’un service des cartes et plans vient toutefois rappeler le caractère irréductible de cette documentation. L’institution d’une mission des cartes et plans en 2012, consécutif à la partition géographique des Archives nationales renforce l’aspect transversal d’un service envisagé avant tout comme une agence de moyens et de ressources intellectuelles plutôt qu’un service de conservation en tant que tel afin de favoriser, après de longues décennies d’errements archivistiques, le principe du respect des fonds.

Réalisation d’instruments de recherche (entamés dès le Second Empire, désormais placés sous l’influence des normes européennes, comme la directive Inspire), valorisation par des expositions, collecte de fonds nouveaux (en provenance de l’IGN ou de chercheurs, comme le fonds du laboratoire de cartographie dirigé par J. Bertin), le traitement des cartes et plans participe pleinement des nouvelles ambitions des Archives nationales.

L’enjeu des archives cartographiques numériques (système d’information géographique ou SIG) constitue désormais un chantier à ouvrir sans tarder sous peine de perdre un pan entier de l’histoire cartographique du territoire français.