Séance du 9 février 2024. – Béatrice Touchelay (Université de Lille-IRHiS), « Les chiffres statistiques et comptables dans les archives : richesse et dispersion »

Spécialiste des institutions et des archives de la statistique à l’époque contemporaine, Béatrice Touchelay, professeure à l’université de Lille (Institut de Recherches Historiques du Septentrion) traite de la question des archives statistiques et de l’importance du chiffre à partir de l’exemple colonial qu’elle a développé dans l’ANR-21-CE41-0012 « Compter en situation coloniale et post-coloniale. Afrique francophone » et à travers un International Research network (CNRS-INSHS) sur un thème similaire.

Elle commence par rappeler que l’emprise du chiffre est générale dans les archives et plus largement dans la matière historiographique depuis le siècle dernier, quel que soit le domaine étudié, au-delà de la seule histoire économique et sociale. Elle est aussi celle qui empreint le gouvernement des hommes, de leurs entreprises et de leurs sociétés, en fonction d’indicateurs qui se substituent à une argumentation plus rhétorique et qui déshumanisent quelque peu l’action administrative. La production de statistiques met en jeu trois acteurs : les commanditaires (pour qui ces opérations représentent un coût en temps et en argent), les producteurs (qui réalisent ces statistiques) et les usagers. Cette tripartition, un peu idéale, laisse de côté deux groupes pourtant fondamentaux dans la réalisation des statistiques, les enquêtés eux-mêmes et les intermédiaires de toute nature, dont l’importance est encore plus fondamentale en situation coloniale.

Cette dernière introduit, à la différence d’une situation européenne plus continue depuis l’époque moderne de l’arithmétique politique, une rupture avec les modes de comptage en vigueur dans les sociétés locales avant l’arrivée des colonisateurs. La taxation et le dénombrement sont des composantes de l’ordre colonial. Les opérations statistiques, qui suivent en général la mise en place d’une administration coloniale, reflètent les tensions qui sont à l’œuvre entre des sociétés colonisées, qui peuvent manifester à cette occasion une forme de résistance à bas-bruit, et une domination coloniale qui s’exprime dès la conception même de l’enquête. Les enjeux de classification, de hiérarchie, de catégorisation constituent une forme de violence que le chiffre rend encore plus in-humaine.

Les archives statistiques des zones colonisées sont produites hors de la métropole et n’ont pas systématiquement été rapatriées après les indépendances ; dans le cas de la France, chaque gouvernement a fait l’objet d’un traitement spécifique. Chaque gouverneur a eu « sa » politique statistique. Toutefois, il existe aux Archives nationales d’outre-mer un fonds spécial rattaché au ministère des Colonies, puis de la France d’Outre-Mer, le Service statistique des Territoires d’outre-mer (STAT) qui vient d’être inventorié (226 dossiers, 18 ml). Créé en 1943 par l’État français, le service visait à une coordination méthodologique dans l’ensemble des colonies françaises et une articulation avec les organismes nationaux et internationaux équivalents ; il a été supprimé en 1958.

L’examen des archives permet d’aller bien au-delà des statistiques diffusées par les canaux administratifs, professionnels ou associatifs. Elles livrent en effet les traces de l’organisation et du de cadrage de l’enquête (programme, formation des enquêteurs, bases de sondage, documentation…), les données recueillies par les enquêteurs sur le terrain (fiches, questionnaires…), mais aussi la préparation des résultats (dépouillement, versions préparatoires des rapports…). Elles apportent des éléments de première main, parfaitement inédits, sur le lien entre cartographie microlocale à l’échelle d’un village) et dénombrement des populations qui avait été si important dans les enquêtes démographiques du XVIIIe siècle et qui le demeurent aujourd’hui puisque pour recenser, il faut savoir où les gens habitent.

La comparaison avec d’autres expériences coloniales, spécialement belge (les archives de la colonisation viennent de faire l’objet d’une vaste entreprise de classement et de mise à disposition), permet de faire la part entre l’universalisme de la démarche statistique et les traits nationaux inhérents aux traditions administratives héritées de l’histoire. Dans les divers cas explorés, les difficultés réelles pour obtenir des chiffres fiables sont égrenées au long des circulaires et surtout des correspondances échangées avec les administrateurs locaux confrontés aux problèmes d’éloignement ou de réticence marquée des populations. Les données remontées du terrain frisent parfois l’aberration ou restituent une image pour le moins contrastée, voire très négative des effets de la colonisation dans les domaines où celle-ci prétendait au contraire améliorer la situation des populations colonisées (mortalité infantile etc.). Le dilemme dans lequel les enquêteurs de terrain sont plongés apparaît crûment lorsqu’ils sont interrogés sur les effets délétères d’un enrôlement massif des populations masculines dans le travail forcé. Dès lors la quête du chiffre devient un instrument du contrôle interne de l’administration par ses supérieurs.

En définitive, la politique statistique révèle une faillite plutôt qu’une réussite de l’administration coloniale, quels que soient les efforts des agents concernés. La conception des situations à mettre en chiffres se fait exclusivement à partir de l’univers mental des colons et pour leurs besoins propres, avec des catégorisations inadaptées aux situations locales. L’héritage des sociétés antérieures est ensuite gaspillé par le colonisateur qui ne cherche pas à s’appuyer sur les modes de comptages indigènes, dans un contexte où pourtant les moyens humains et financiers manquent cruellement. Dès lors les statistiques coloniales servent plus à rendre compte à la métropole, à légitimer la domination coloniale, à assurer l’exploitation des ressources et à attirer des colons qu’à gérer les territoires. Elles dessinent une réalité très partielle et donnent d’abord l’illusion d’une domination éclairée.

Séance du 26 janvier 2024. – Corentin Durand (École nationale des chartes-Université Lyon II-Louis-Lumière) et Olivier Poncet (École nationale des chartes-EHESS), « Coter et classer avec les nombres, hier et aujourd’hui »

Dans une séance à deux voix consacrée à la longue durée de l’usage des nombres dans les classements et le référencement des documents d’archives, Corentin Durand, doctorant en co-direction de l’École nationale des chartes-Université Lyon II-Louis-Lumière, présente d’abord une étude sur « les signes d’un ordre : signa, nombres et cotes (XVe-XVIIe siècle). S’appuyant entre autres sur un corpus inédit d’instruments de recherche de l’espace rhodanien entre la fin du Moyen Âge et le milieu du XVIIe siècle, il revient sur les pratiques de cotation des documents dans les archives, lieu de marques multiples liées à l’inventorisation. Si dans le Trésor des chartes, Gérard de Montaigu considère les chiffres comme infaillibles pour créer un ordre, une étude comparative montre que l’attribution de la cotation est issue d’une succession de décisions individuelles, avec une inventivité parfois développée.

Le signum médiéval prend des formes variées : cotes alphabétiques, cotes numériques, signes imagés, figurés ou géométriques et « acrostiches », succession de mots formant des prières, psaumes et autres textes liturgiques. Ce signe-cote est un attribut et une référence du document par son classement et par le dénombrement, pièce à pièce, des actes. L’identification des éléments matériels et intellectuels par l’inventaire n’a pas nécessairement besoin du chiffre ou même de la lettre. L’ordre et sa détermination passent parfois par un discours, direct ou à clé. Au cours du XVe siècle, au fur et à mesure du dépôt important de documents dans les archives, ce dénombrement passe aussi la marque du mobilier, sacs, coffres et armoires. Le terme de « cote » apparaît dans le même temps, avec des usages sémantiques hésitants

Ce passage vers un nouveau vocabulaire archivistique, propre à la langue française, permet de repenser la distinction entre le signum médiéval et la cote moderne par le rôle, ou les rôles différents, que l’on attribue à ces marques. Conjointement au classement des actes, les cotes classent l’espace et le mobilier des archives. Les archivistes appliquent à ce microcosme des solutions variées pour décrire, en parallèle par la cotation, un monde qu’ils connaissent. Par exemple, Jean de Jarsains, en 1525, dans l’inventaire de la seigneurie de Caderousse (Vaucluse), nomme les sacs des archives par noms propres mythologiques, bibliques, ou par noms de villes ou de fleuves. Le classement et la cotation mettent en application certaines techniques mnémoniques : la mise en série, simplifiée par l’ordre alphabétique et surtout l’ordre numérique infini, participe de cette mémoire.

Au cours de l’époque moderne, la notion d’information dans les archives acquiert une importance certaine. L’ordonnancement et donc la cotation doivent permettre de se repérer et donc de retrouver « comme d’un seul coup d’œil » l’acte. La cotation cherche alors à être une combinaison, code unique créé par arborescence, liant le document et son emplacement dans le mobilier. Elle tend vers l’abstraction ; le contenu n’est plus un référentiel ou une clé de lecture du symbole mais surtout un repère géographique dans l’espace, par des lettres ou des chiffres.

Poursuivant le propos pour les périodes plus récentes, Olivier Poncet revient d’abord sur la nouvelle donne épistémologique posée avec la science historique du Grand Siècle. Les règles de critique historique supposent de pouvoir faire explicitement référence aux sources d’archives tandis que de nouvelles classifications du savoir sont proposées, par exemple avec le classement de la bibliothèque du roi de Nicolas Clément (1684). La fureur méthodique qui s’empare du siècle suivant est contestée par les encyclopédistes qui lui préfèrent l’ordre alphabétique, mais séduit des feudistes, comme Pierre-Camille Le Moine partisan en 1765 d’un recours plus fréquent aux nombres, exprimés si possible en chiffres arabes.

Avec la Révolution, les lettres semblent retrouver la faveur des archivistes, singulièrement en France où le plan conçu par Daunou pour les Archives impériales en 1811 constitue la matrice de référence pour de longues décennies. À sa suite, le XIXe siècle enregistre une subordination normative du chiffre à la lettre, lisible dans le plan de classement des archives départementales préconisé par la circulaire de 1841 qui cependant use abondamment des chiffres pour opérer des distinctions entre sous-fonds et pour numéroter le fonds, clé de voûte du travail de classement. L’instruction de 1909, qui consacre le répertoire « numérique » est d’abord l’expression des derniers feux de la lettre comme base essentielle de tout classement dans les archives publiques françaises, singulièrement départementales.

Le XXe siècle est l’occasion d’une réflexion approfondie sur la meilleure manière de référencer définitivement des fonds d’archives massivement croissants et dont il s’avère qu’ils ne pourront faire l’objet d’un reclassement postérieur idéal. La profession archivistique refuse la tentation qu’aurait constitué l’adoption du cadre conceptuel des bibliothèques et de la documentation (classification décimale universelle) et débat de la meilleure manière de rendre compte des accroissements d’archives dans un cadre de classement qui n’a pas évolué depuis le XIXe siècle. Le classement continu est adopté de fait dans la pratique, avant d’être sanctionné en deux étapes. En 1965, il est décidé d’arrêter d’appliquer le plan de classement de 1841 aux archives antérieures à 1940 et en 1979, l’adoption de la lettre W pour le classement des archives postérieures à 1940 achève l’évolution réglementaire en germe depuis l’immédiat après-guerre. L’écart entre ces deux dates et le maintien symbolique (et subordonné, à la manière d’une ponctuation) d’une lettre pour articuler numéro d’entrée du versement et numéro d’ordre dans le versement témoigne des difficultés à modifier le cadre mental et culturel d’une profession archivistique française éduquée dans le culte de la lettre.

L’évolution parallèle du cadre de classement des Archives nationales, sous l’effet des choix technologiques (logiciels PRIAM 1 et PRIAM2) et de la décision prise en 1986 de faire du Centre des archives contemporaines de Fontainebleau un centre d’archivage définitif, aboutit à une logique numérique presque absolue. Une référence-outil de travail, à laquelle on ôte bientôt tout élément de référence à un plan de classement et à une aide mnémonique même minimale, est ainsi devenue une référence intellectuelle définitive à laquelle les chercheurs et utilisateurs, à leur tour, doivent se convertir.